Tuesday, 16 May 2017

[Revue n°39] Never Never saison 1&2 - Tarryn Fisher et Colleen Hoover

  • Editeur : Hugo Roman
  • Nombre de pages : 150
  • Année de parution : 2016
  • Prix : 13,50€
Résumé :

Charlie et Silas ont commencé à comprendre ce qui leur est arrivé : tous deux ont perdu la mémoire et ne se souviennent de rien. Il leur faut tout redécouvrir, mais un événement imprévu a encore compliqué les choses. Leur mémoire s’est à nouveau évanouie au bout de quelques heures, les obligeant à tout recommencer.

Pourtant, ils progressent dans leur quête des souvenirs et d’eux-mêmes. Ils sont désormais alliés dans cette recherche malgré tout ce qui les a séparés et qu’ils doivent redécouvrir. Et surtout, ils savent que l’explication de cette amnésie pourrait être en eux et que  » jamais, jamais « , cette expression qu’ils retrouvent partout dans leur passé est peut-être la clé de tout.

  • Editeur : Hugo Roman
  • Nombre de pages : 150
  • Année de parution : 2016
  • Prix : 9,95€
Ce que j'en ai pensé : 

Plus besoin de vous le dire : j'adore Colleen Hoover ! Et, comme je n'arrêtais pas de voir cette saga un peu partout, j'ai décidé de m'y mettre ! 

"Bizarre quand même d'être faite de chair et d'os mais remplie d'une âme qu'on a jamais rencontrée."

Charlie et Silas perdent soudainement la mémoire. Ils sont censés être ensemble depuis 4 ans, s'aimer, se souvenir l'un de l'autre et savoir où est-ce qu'ils habitent/ont cours. Sauf qu'ils ne se rappellent de rien. 

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre. Le résumé ne me donnait pas vraiment d'explications afin d'éclairer ma lanterne, et c'est donc sans aucune idée de comment aller se dérouler l'histoire que je me suis lancée dans cette lecture. Je n'ai pas du tout été déçue ! Il est vrai que je n'ai absoulement pas compris ce qu'il se passait dès les premières lignes. On sait juste que des livres tombent, qu'une fille est par terre, qu'elle ne sait pas où elle ni QUI elle est. Et puis, tout s'enchaîne. On apprend qu'il s'agit de Charlie, qu'elle a perdu connaissance mais aussi la mémoire. Arrive alors Silas, à qui il vient d'arriver la même chose. 

"Son sourire lui illumine tout le visage, au point que ses yeux paraissent moins foncés. J'ai sans doute tout oublié d'elle, mais je parie que son sourire était ce que je préférais en elle."

Charlie et Silas sont deux personnages que j'apprécie beaucoup, bien que Charlie m'énerve parfois en ne sachant pas ce qu'elle désire réellement. Ils font preuve de courage face à ce qu'ils leur arrivent et essaie de gérer la situation du mieux qu'ils peuvent. Ils ont chacun leur propre personnalité et leur propre caractère ainsi qu'un sens de l'humour assez prononcé. Ils m'ont souvent fait rire et j'ai essayé de retenir certaines de leur répartie.

Il est vrai que la saison 2 est très bizarre, puisque Silas perd à nouveau la mémoire. C'est assez déconcertant, comme si rien de tout ce qu'il s'est passé lors de la saison 1 n'était arrivé. Les passages de Charlie m'ont retourné le cerveau et je n'ai absolument rien compris. Enfin si, mais beaucoup plus tard !

En bref, il s'agit d'une excellente lecture très addicitve. Il ne fallut que 2 heures pour terminer les deux tomes. Impossible de les lâcher ! Il ne me reste plus qu'à lire le 3ème ! ;)

"En guise de jeu, tu représentes au mieux une partie de Monopoly. On ne fait qu'avancer jusqu'au moment où tout le monde finit par tricher pour que ça se termine plus vite." 

La note que je lui donne :

4/5

Monday, 15 May 2017

20 ans plus tard...



Il y a 20 ans, une petite fille à la tignasse noire et imposante, voyait le jour. Cette petite fille, c'est moi. Je me suis réveillée avec un étrange sentiment ce matin. Je me suis sentie adulte et perdue à la fois. Parce que c'est la première fois qu'il y a un 2 devant le chiffre 0 et que, pour moi, ça parait énorme. Je me sens vieille alors que je ne suis qu'au début de ma vie. C'est étrange non ? Seulement, je me dis qu'il y a 10 ans, c'était la première fois qu'il y avait un 1 devant le chiffre 0. Et que 10 ans, c'est beaucoup.

J'avais envie de faire un article spécial. Un article où je vous parlerais à vous, presque directement. Un article où vous pourriez entrer un peu dans mon jardin secret. On y va ?

J'ai beaucoup de rêves. Ceux-ci sont principalement liés aux voyages, à l'exploration du monde. J'ai envie de visiter l'Australie, pour sa chaleur et la beauté de ses paysages ainsi que pour les animaux que l'on peut rencontrer. J'aimerais partir en Ecosse, Irlande, Ilsande, Amsterdam, Californie, New-York et au Japon. Le Japon, c'est parce qu'il existe un village avec 6 espèces différentes de renards. Je pense que je n'ai pas besoin de vous redire qu'il s'agit de mon animal préféré et que je rêve d'en caresser un.

J'aimerais devenir institutrice maternelle et enseigner de nouvelles choses aux enfants de manière créative. J'aimerais qu'ils dessinent sur une robe blanche que je porterai spécialement pour l'occasion et leur apprendre à dessiner. J'aimerais qu'ils viennent avec le sourire et l'envie d'assimiler de nouveaux sujets. J'aimerais être une institutrice originale, drôle et aimante. Je rêve de pouvoir partager le bonheur de mon métier avec eux pour qu'ils soient heureux à leur tour.

J'aimerais avoir 2 enfants Si possible, d'abord un garçon et ensuite une fille. J'aurais aimé avoir un grand frère, même si le rôle de grande soeur me réjouit. J'imagine mon petit garçon prendre soin de sa soeur et la protéger. Je l'imagine la couver lorsqu'elle commencera à s'intéresser aux garçons de son âge et lui interdire de faire quoi que ce soit. Le rêve serait qu'ils soient faux-jumeaux. Mais, du moment que la vie m'accorde le bonheur d'être maman et d'avoir deux enfants, je serai tout aussi comblée.

J'aimerais avoir une immense bibliothèque où je pourrai ranger tous les livres que j'achète en trop. J'aimerais avoir ma pièce à moi, celle dans laquelle il y aurait un bureau et des bouquins exposés sur les armoires.

J'aimerais que l'hospitalisation que je m'apprête à faire m'aide à guérir. Les TCA sont une maladie que je n'arrive plus à gérer ni à supporter et j'aimerais énormément retrouver une vie normale…

J'aimerais encore tant de choses que je ne sais pas par quoi terminer. J'aimerais que mon blog continue aussi longtemps que possible car j'adore ça. J'adore lire vos commentaires ainsi que vos chroniques. J'adore partager mes avis avec vous. J'adore vous parler. J'adore tout, tout simplement.

Pour finir, je pense que je dirais juste "Joyeux 20ème anniversaire à moi". Je suis fière de la fille que tu commences à devenir. Tu as fais un grand pas depuis ce qu'il s'est passé le mois dernier et il faut que tu continues comme ça. Ne lâche rien, tu y arriveras bientôt !

Merci à toi d'avoir lu cet article ! Passes une excellente soirée.

Friday, 12 May 2017

[Revue n°38] Working girl - Steffi Clarks

  • Editeur : Les Editions du Panthéon
  • Nombre de pages : 128
  • Année de parution : 2016
  • Prix : 13,90€ 
Résumé :

Leina est une jeune femme coquette de 26 ans à la recherche d'un emploi stable et bien rémunéré. 
Allant d'entretiens en rendez-vous sans jamais avoir de retours positifs, sa quête commence à prendre une tournure désespérante. Mais un jour, elle rencontre un recruteur pour le moins particulier… Est-elle prête à tout pour un nouveau job ?



Extrait : 

« Puis l'entretien toucha à sa fin, ils me raccompagnèrent tous deux à la sortie et nous nous serrâmes la main en guise d'au revoir. Je tentais de lire sur le visage de la jeune directrice et je n'y vis rien d'intéressant, pas même un sourire. Je savais donc à cet instant précis que la réponse qui m'attendait allait être négative. Chantonnant à voix basse sur le chemin du retour, je pris les transports de manière machinale, sans trop réfléchir, considérant que ce qui était fait, était fait et que je ne pouvais pas revenir en arrière. J'avais sûrement raté mon entretien et je chantonnais quand même ! »



Ce que j'en ai pensé :



Je remercie encore une fois les Éditions du Panthéon pour l'envoi de ce livre !



Hello tout le monde ! Ça va ? Avez-vous passé une bonne semaine ?



J'ai reçu ce livre (ainsi qu'un autre que je lirai très prochainement) à l'occasion d'un partenariat avec la maison d'éditions du Panthéon. J'étais vraiment très excitée de découvrir ces lectures, m'armant de patience avant la réception du colis. Il est arrivé en début de semaine, alors que j'étais encore en pyjama, dans le fauteuil, et enroulée dans mon plaid. J'ai sauté de joie en apercevant l'imposante enveloppe blanche que me tendais papa. A l'intérieur, il y avait Working girl ainsi que Le plan B. Je me suis dis que j'aimerais d'abord lire cette romance avant de me plonger dans un thriller.



Le livre est fin, il ne contient que 128 pages. Pourtant, il ne se lit pas vite. J'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire ainsi que dans l'univers de ce roman. Je pense avoir recommencé le début au moins 3 fois avant de poursuivre ma lecture.



Je n'ai pas adhéré au style de l'auteure et à sa manière d'écrire. La répétition des points d'exclamation ainsi que des points d'interrogation m'a beaucoup dérangée (Ex : - De rien. Vous habitez le coin ??? - Oui, j'habite le coin !!! Et vous ??? (tout ceci se déroule dès la première page)). Je n'ai pas réussis à imaginer correctement les conversations. Ça sonnait faux, théâtrale, ridicule. Peut-être qu'il n'y a que moi que ça énerve, mais je trouve qu'un seul point d'exclamation/d’interrogation suffit. Ça fait plus naturel et ça donne moins mal aux yeux. J'ai constaté qu'il y avait énormément de virgules dans une même phrase et certaines me semblaient mal placées. Il y a aussi beaucoup trop de répétitions et cela m'a énormément agacée. J'avais l'impression de relire encore et encore la même chose. Il y a parfois trop de détails, ce qui a créé beaucoup de confusion car je ne comprenais plus rien. Trop d'événements aussi… Tout va trop vite.



Le personnage de Léna ne m'a pas touchée. Je ne l'ai pas appréciée non plus. Son vocabulaire est parfois cru, parfois « djeun's » et elle paraissait plus adolescente qu'autre chose. J'ai trouvé qu'elle n'étais pas mature, pas très sérieuse, très superficielle/imbue d'elle-même et je ne me suis pas du tout attachée à elle. Et puis, cette femme est en manque d'affection ! Et elle ne se prive pas de le faire remarquer… Certains commentaires m'ont parfois choquée et j'ai voulus refermer le livre à plusieurs reprises. Ex : (J'aurais sans doute dû lui faire une présentation de moi à base de, « je suis Léna Rose, cherche désespérément un homme à tout faire, je dis bien à tout faire, et je ne suis pas compliquée, il suffit d'être un BG, un beau gosse, pour être mon homme. » Puis j'aurais dû ajouter un truc du genre « Vous êtes marié ?? Moi non, je vous laisse mon CV. J'ai pas beaucoup d'expérience en matière de love, mais je sais faire des galipettes. Prenez-moi comme épouse et ça serait satisfait ou remboursé. » […] ) ou « Ça, je sais, mets-moi juste la bague au doigt. Je ne suis pas une difficile, pas besoin de faire un long discours, avec moi, vite fait égale bien fait, économise ta salive et sors cette fichue bague de ta poche, le temps presse et j'ai attendu cet instant toute ma vie. »



Je n'ai pas envie de parler de sa « relation » avec Liame car celle-ci était tout bonnement ridicule. Tout s'est enchaîné beaucoup trop vite et ça n'avait rien de romantique. C'était niais, agaçant, … Impossible de les envier ! 

La fin du livre m'a laissée sur ma fin. Elle est bancale, trop rapide et se termine sur une phrase qui ne ressemble pas du tout à n épilogue... 



En conclusion, je suis assez déçue par ce bouquin et j'ai eu énormément de mal à le terminer. Je n'ai pas apprécié cette lecture…Pourtant, le communiqué de presse m'avait fait de l'oeil. 



La note que je lui donne :



2,5/5

Friday, 28 April 2017

[Revue n°37] Quelques minutes après minuit - Patrick Ness

  • Editeur : Folio (Junior)
  • Nombre de pages : 193
  • Année de parution : 2016
  • Prix : 6.90
 Résumé : 

 Depuis que sa mère est malade, Conor, treize ans, redoute la nuit et ses cauchemars. Chaque fois, quelques minutes après minuit, un monstre apparaît sous la forme d'un arbre gigantesque qui apporte avec lui l'obscurité, le vent, les cris. Le monstre vient chercher quelque chose de très ancien et de sauvage. Il veut connaître la vérité...

Ce que j'en ai pensé :


Hey ! 

J'ai d'abord vu le film avant de lire ce livre. D'habitude, je ne fais jamais ça. Mais, mon petit frère ayant supplié mes parents et mes deux autres frères pour le voir, je n'ai pas eu le coeur à refuser de me joindre à eux en prétextant que je n'avais pas encore lu le roman. Du coup, je me suis installée par terre sur mon tapis de sport (oui oui, étrangement c'était confortable !) et j'ai attendu que la magie opère. Et, oh mon Dieu, je me suis littéralement fait engloutir par l'écran de ma télévision ! Mais, bref, je ferai certainement une chronique sur le film. On est ici pour parler du livre, pas vrai ? 

L'univers est très difficile à expliquer. Je ne sais pas vraiment ce que j'ai ressentis lors de ma lecture, si ce n'est qu'une impression de légèreté malgré la tristesse de l'histoire. Je n'arrivais pas à imaginer les décors ni à me représenter les visages des personnages, c'était assez flou pour le coup. Néanmoins, je peux affirmer que les couleurs de ce récit étaient assez sombres. C'est passé du bleu nuit au violet, du gris au noir et, le plus souvent, c'était lugubre. Rien de très joyeux en somme. 

Conor est un petit garçon que j'ai énormément apprécié. Je me suis même rendu compte que je me prenais pour sa "maman" lors de de ma lecture. J'ai veillé sur lui, je lui ai soufflé d'être fort, de ne rien lâcher. Je l'ai pris dans mes bras à certains moments, essayant de lui enlever un peu de sa peine qui pèsait beaucoup trop lourd sur ses épaules. C'était mon petit protégé, le garçon que j'ai trouvé incroyablement courageux, resptueux, aimant et humble. Et très intelligent aussi. On ne peut pas faire autrement que de ressentir de la compassion pour lui même si ce n'est pas ce dont il a envie. Il aimerait juste être quelqu'un de normal. Malheureusement, c'est impossible à faire. 

J'ai adoré le monstre. Et ses histoires surtout ! La morale à chaque fin de celles-ci sont remarquables et nous font réfléchir. La manière dont il les raconte est magnifique et entraînante. Même si il semble démoniaque, comme le décrit Conor, on sent qu'il a bon coeur et que son fond est bon. Il est vraiment très attachant et j'ai apprécié sa manière d'aider Conor à avancer. 

On a très envie de savoir quelle est la vérité de Conor O'Malley. Ca nous brûle les doigts à chaque fois que l'on tourne les pages. On se pose plein de questions, on imagine certaines théories. Et, au final, on tombe des nues. En tout cas, moi c'est ce qu'il m'est arrivé. 

Ce livre est une petite merveille délicate que j'ai beaucoup aimé découvrir. Et cette fin, elle est si poignante ! Elle m'a serré le coeur et j'ai eu beaucoup de mal à retenir mes larmes. C'était tellement beau. Même si, je dois l'avouer, la toute dernière phrase m'a déçu. 

Au final, il ne s'agit pas d'un coup de coeur mais j'ai passé un super moment tout de même. Bizarrement, j'ai préféré le film au livre. Il y avait plus de couleurs, d'émotions, de beauté et le jeu d'acteur du garçon qui joue le rôle de Conor est à couper le souffle ! Vraiment. Il m'a beaucoup émue et impressionnée ! 

La note que je lui donne :

5/5

Wednesday, 26 April 2017

[Revue n°36] Harry Potter and the Philosopher's Stone - J.K. Rowling

  • Editeur : Bloomsbury
  • Nombre de pages :332
  • Année de parution : 1997
  • Prix : 6.99£
Résumé :

Turning the envelope over, his hand trembling, Harry saw a purple wax seal bearing a coat of arms ; a lion, an eagle, a badger and a snake surrounding a large letter 'H'.

HARRY POTTER has never even heard of Hogwarts when the LETTERS start dropping on the doormat at number four, Privet Drive. Addressed in GREEN INK on yellowish parchment with a PURPLE SEAL, they are swiftly confiscated by his GRISLY aunt and uncle. Then, on Harry's eleventh birthday, a great beetle-eyed GIANT of a man called RUBEUS HAGRID bursts in with some ASTONISHING news : Harry Potter is a wizard, and he has a place at HOGWARTS SCHOOL OF WITCHCRAFT AND WIZARDRY. An incredible adventure is about to begin !

Ce que j'en ai pensé :

Hey ! 

Applaudissez-moi tous, je viens ENFIN de terminer le premier tome de la saga Harry Potter ! Oui oui, je m'y prends tard, je le sais. Je n'ai aucune excuse pour expliquer ça. Je suis passée par une période où j'avais moins envie de lire et, du coup, ça s'est répercuté sur ce bouquin forcément. Mais, bref, passons aux choses sérieuses ! Je sais que je vous ennuie à parler pour rien ! 😝

J'ai beaucoup aimé l'univers de ce livre. C'est magique (sans blague ?!), mystérieux, rafraîchissant, nouveau. Il est tellement facile de se glisser dans la peau d'un élève, de suivre Harry et sa troupe ainsi que de participer aux cours. Les décors sont vraiment beaux et originaux. Il est carrément impossible de ne pas envier Harry, Ron et Hermione pour la chance incroyable qu'ils ont d'être à Poudlard !

Concernant les personnages, c'est sans surprise que je vous annonce que je les ai presque tous aimé. Harry a un caractère doux et fort à la fois et il a réussit à conquérir mon coeur grâce à sa sincérité et au fait qu'il reste humble en toutes circonstances. Il est si chou, sérieusement ! J'avais envie de le prendre dans mes bras, de lui faire un gros bisou sur la joue et de lui dire à quel point il peut être fier de lui. Fier de lui parce qu'il porte tellement de choses sur ses épaules et que cela ne l'a jamais incité à baisser les bras. Fier de lui car il a réussit à surmonter la perte tragique de ses parents et qu'il semble toujours faire passer son bonheur après celui des autres. Fier de lui pour ce qu'il est, tout simplement. 

Hermione est une jeune fille vraiment très intelligente et absolument adorable. J'étais jalouse de sa capacité à retenir tout si facilement et de posséder un savoir qui semble infini. Elle est fidèle et loyale et est prête à tout pour aider ses amis. C'est remarquable. 

J'ai énormément apprécié Ron ! Je l'ai trouvé tellement plus intéressant dans le livre que dans le film. Il ose plus, ne se laisse pas marcher sur les pieds,s'emporte vite ce qui est parfois marrant et semble si sûr de lui ! J'ai adoré son caractère ainsi que sa personnalité. J'ai même trouvé ça dommage qu'il n'ait pas eu ce trait de caractère dans le film...

En conclusion, je peux dire que j'ai beaucoup apprécié ma lecture. Je ne dis pas que c'est un coup de coeur, mais j'ai tout de même passé un très bon moment à Poudlard !

La note que je lui donne :

4.5/5

Sunday, 23 April 2017

[Nouvelle n°2] - RUN - Saorsa Reading

Hello ! 
Je vous retrouve aujourd'hui avec un nouveau texte que j'ai pris plaisir à écrire ! ^^ J'ai attrapé énormément de retard dans mes lectures et je me suis dis que ça pourrait être chouette de vous partager mes écrits en attendant de poster des chroniques de livres ! 😊 J'espère que cette nouvelle vous plaira ! 😘


J'ai peur maman. Mes jambes me font mal, mon coeur bat trop vite et ma tête tourne un peu. Le vent me gifle le visage et m'empêche de penser correctement. Nous galopons à travers cet immense champ qui semble vouloir nous engloutir, nous couper du monde, nous faire disparaître. Il n'y a aucune échappatoire, aucune issue. Juste un océan d'herbe verte qui ne paraît pas prendre fin. Qui ne veut pas nous laisser la moindre chance.

J'ai peur, car je sais que je ne te reverrai plus maman. Pourtant, tout semblait normal ce matin. Je me suis levé de bonne humeur, attiré par l'odeur des crêpes dans la cuisine. Je t'ai embrassé deux fois sur la joue gauche, comme d'habitude, et j'ai pris place à tes côtés afin de déguster le petit déjeuner que tu avais préparé. J'ai écouté ta douce voix me raconter des blagues et me dire à quel point tu m'aimais. J'aurais dû te répondre que moi aussi, que tu étais la meilleure et que jamais je ne voulais que tu ne meurs. J'aurais dû te dire tout ceci au lieu de te sourire comme un idiot. Pour finir, je t'ai laissé mettre du désordre dans mes cheveux avant de te regarder partir travailler.

Fais attention lorsque tu iras chez Tyler, mon chéri. Même si il habite en face. Les voitures roulent beaucoup trop vite par ici...

C'est ce que j'ai fait maman, je te le jure. J'ai regardé à gauche et à droite avant de traverser la rue et je suis arrivé chez lui sans encombre. Nous avons joué aux billes sur la terrasse durant quelques heures et puis nous nous sommes allongés dans la pelouse pour contempler les avions qui volaient dans le ciel. Tom est arrivé un peu plus tard. Il portait sa belle chemise blanche, celle du dimanche pour aller à l'église. Il était essoufflé et la panique se lisait sur son visage. Il nous a expliqué qu'il fuyait Brandon et Jace. Je t'ai déjà parlé d'eux, tu t'en souviens ? Ils sont plus grands que nous et ils s'amusent à nous faire peur. On s'est levé d'un bond pour voir si ils l'avaient suivis. Au bout d'un moment, une tignasse blonde est apparue devant le portail, suivie d'une autre de couleur brune.

- Venez par ici, que je vous montre quelque chose.

On a obéit, forcément. Quelque chose dans la voix de Brandon nous empêchait de protester. On s'est tous les trois plantés devant lui, la boule au ventre et appréhendant les coups que l'on recevrait certainement. Sauf que ses mains sont restées cachées dans son dos.

- Vous savez que mon père est flic pas vrai ?

On a hoché la tête en même temps.

- Regardez ce que j'ai trouvé dans son bureau ce matin.

Il a tendu un fusil vers nous, le sourire aux lèvres et fier de nous voir inquiets.

- On va jouer à un jeu : je vous laisse 1 minute pour courir le plus loin possible. Le but étant d'être assez éloigné pour que je n'arrive pas à vous tirer dessus. Une espèce de chasse à l'homme si vous préférez.

Jace nous a lancé un regard mauvais et nous nous sommes dépêchés de quitter le jardin. Tyler nous a fait signe de le suivre. On savait où est-ce qu'il voulait nous emmener. Son père et lui avaient construit une cabane dans les bois et il fallait passer par le champ afin de s'y rendre. C'était notre repère, là où l'on s'échangeait nos secrets, où l'on faisait des projets. Personne d'autre que nous n'était au courant de cet endroit et il nous semblait que c'était le meilleur moyen de leur échapper.

Certains adultes nous ont fait un signe de tête attendri, certainement convaincus qu'il ne s'agissait que d'un jeu innocent. Nous n'avons pas eu le temps de leur demander de l'aide, trop occupés à fuir les deux brutes qui nous menaçaient. On entendait plus que le boucan que faisaient nos pas en tapant le bitume ainsi que le bruit de notre souffle saccadé. Les larmes qui s'accumulaient derrière mes yeux ont brouillé ma vue à plusieurs reprises et j'ai bien faillis trébucher quelques fois. Mais j'ai tenu bon, du moins jusqu'au champ.

Il n'a pas fallut longtemps à Brandon pour nous rattraper. Il se tenait à quelques mètres à peine derrière nous. Je l'entendais rire et nous crier qu'il allait nous avoir, que nous ne serions plus qu'un simple souvenir. A ces mots, mon cœur s'est serré. Je me suis dis que j'allais devenir un souvenir, comme papa, et que tu serais seule. Que tu allais devoir faire le deuil d'une personne qui t'étais chère une nouvelle fois. Celui de ton unique enfant. J'ai froncé les sourcils très fort, me sentant coupable de t'infliger autant de peine. Je n'ai jamais voulu ça maman, je te l'assure.

Le premier tir est parti. J'ai sentis la balle me frôler de près et faire siffler l'air. Tom est tombé à genoux. Sa belle chemise blanche s'est soudain mise à changer de couleur au niveau de son dos. Il n'a pas hurlé. Il n'en a pas eu le temps. Sa tête a heurté une pierre et il a perdu connaissance. Je me suis arrêté près de lui, le secouant par les épaules et essayant de le réveiller. Je ne voulais pas partir sans lui. Mais ses yeux sont restés clos. Je l'ai serré contre moi et j'ai pleuré. Sa respiration était très faible, presque inexistante. Je l'ai appelé par son prénom encore et encore, mais il ne s'est rien produit. 
Brandon et Jace sont arrivés à notre hauteur, pas du tout choqués par ce qu'ils venaient de faire. J'ai observé Tyler au loin. Il était presque arrivé à l'entrée du bois. Je lui ai souhaité bonne chance silencieusement avant de me retourner vers mes bourreaux.

Brandon a pointé l'arme vers ma tête et a finit par la descendre sur mon torse. J'ai pris la main de Tom et je l'ai coincée très fort dans la mienne. Je n'ai pas eu le temps de le supplier de me laisser partir. En moins de deux secondes, j'étais à terre moi aussi. Le choc fut violent, insoutenable. Je n'avais jamais eu aussi mal quelque part. Je n'ai pas lâché la main de Tom.

- On va s'en sortir, je te le promets.

Les sirènes d'une voiture de police se sont fait entendre au loin. J'ai souris faiblement, persuadé qu'ils venaient pour nous. Sauf que leur écho s'est éloigné et qu'il n'est resté que le silence pesant de ce maudis champ.

Saturday, 22 April 2017

[Nouvelle n°1] - BALLERINA - Saorsa Reading

Hello tout le monde ! 
Aujourd'hui, j'ai envie de partager avec vous un texte que j'ai écris il y a quelques jours en me basant sur une image. J'espère que celui-ci vous plaira ! ^^ N'hésitez pas à me donner votre avis et à me dire si vous avez aimé ou non ! ;) Passez une bonne soirée !
Des bisous ! 


Elle s'incline, fait la révérence. Les lumières se focalisent sur son corps frêle, fragile, fatigué. Elles mettent en valeur son teint lisse et pâle ainsi que la couleur sauvage et enivrante de ses cheveux. De là où je me trouve, j'arrive à distinguer les quelques spasmes qui secouent ses épaules. C'est discret, presque secret, mais je le remarque tout de même. Ses larmes dévalent lentement ses joues sans éclat, s'écrasent lourdement sur le sol et disparaissent dans les rainures du bois. Personne ne bouge, personne ne s'en aperçoit. Ils applaudissent tous. Sauf moi. Comme tous les soirs.

Elle finit par se relever doucement, fait face au public, esquisse la moitié d'un sourire et retourne en coulisses. Je me plante en face de sa loge, colle mon oreille sur la porte et attend que quelque chose se produise. Je n'entends rien. Juste le silence pesant qui prend possession de la pièce. Aucun signe de vie, aucune trace d'elle. Pourtant, je sais qu'elle est assise dans un fauteuil en cuir brun, les mains portées à son visage afin d'étouffer ses sanglots. Je le sais, car je la vois par le trou de la serrure. Comme tous les soirs.

Mon cœur se serre, me fait mal. Il me chuchote d'entrer à l'intérieur, de l'entourer de mes bras et de lui dire que tout ira bien. Que je suis enfin là. Sauf que je n'ai pas assez de courage pour passer à l'acte. Alors, je reste là et je la contemple se consumer comme une cigarette. J'admire les cendres de son âme se faire emporter par le vent. J'admire la tristesse qui coule sur son visage. J'admire à quel point la vie semble s'échapper d'elle comme une fumée emplie de noir, de regret et de haine. Je l'admire juste. Comme tous les soirs.

Je sais qu'elle quittera les lieux comme si de rien était. Qu'elle dira bonsoir au gardien et qu'elle lui fera son plus beau sourire avant de sortir du bâtiment. Je sais qu'elle rentrera chez elle en s'efforçant de ne pas pleurer sur tout le chemin du retour. Qu'elle donnera à manger à son chat avant d'enlever sa belle robe de ballet rouge. Qu'elle ira se coucher peu de temps après, appréhendant de se lever le lendemain afin d'entamer une nouvelle journée. Je sais tout cela, car je la suis. Comme tous les soirs.

Cette robe rouge... J'en connais les moindres détails. Les pétales rouges qui forment le tutu sont d'une couleur exaltante. Le tissu paraît en vie, débordant d'énergie, de soleil et d'envie. Tout le contraire d'elle. Cela fait un contraste assez frappant avec sa chair couleur porcelaine. J'aimerais tellement qu'elle soit heureuse comme sa robe le laisse croire. Je l'aimerais tellement. Comme tous les soirs.

Parfois, lorsque je suis couché dans mon lit et que je regarde le plafond, j'arrive à me convaincre d'aller lui parler. J'imagine sa réaction lorsqu'elle apprendra que je n'ai jamais raté un seul de ses spectacles. Que je la trouve formidable et qu'elle possède un talent incroyable. Qu'elle illumine la scène par sa simple présence et que quelque chose de magique se dégage de son corps lorsqu'elle se met à virevolter sur les planches. Mais je finis toujours par me dire que ce n'est pas une bonne idée. Qu'elle ne voudra certainement même pas m'écouter. Alors, je pleure. Comme tous les soirs.

Il n'y a plus d'étincelles à l'intérieur d'elle. Enfin si, mais seulement lorsqu'elle se retrouve devant son public. Elle danse en y mettant toute l'énergie qu'il lui reste. Elle danse avec son âme. Elle danse pour faire tourner son monde. Car celui-ci s'écroulerait si jamais venait le jour où elle devait arrêter. Les murs de son univers exploseraient en un million d'éclats difficiles à réparer. Impossible à réparer. Elle se fanera comme la rose qu'elle est. Et il n'y aura plus que l'obscurité.

Un jour, je l'espère, j'irai vers elle et je lui tendrai la main. Je lui dirai à quel point elle est belle, comme la première fois que mes yeux se sont posés sur elle il y a de cela 25 ans. Qu'elle ressemble beaucoup à sa mère.Je lui dirai que je suis désolé de ne pas avoir été là et que je m'en veux un peu plus chaque jour. Que j'aurai aimé être un bon père et qu'elle méritait d'en avoir un. Que je ne voulais pas être la source de tout ce chagrin. Que je ne voulais pas la voir perdre espoir. Je lui dirai tout ça. Parce que je voulais devenir la seule et unique passion de sa vie. Et que je le regrette amèrement. Comme tous les soirs.